Test du Belkin WeMo Switch + Motion

Publié le 10 mars 2014 Temps de lecture : 5 min.

Je m’intéresse depuis quelques temps aux objets connectés avec la maison, des petites choses faites pour nous simplifier la vie au quotidien. J’ai donc voulu tester un produit de chez Belkin, le WeMo Switch + Motion ! C’est un appareil qui se branche sur une prise électrique et permet ainsi de contrôler le matériel branché sur cette même prise. Quelques explications !

Présentation

Tout d’abord, il existe deux modèles chez Belkin : le WeMo Switch et le WeMo Switch + Motion. Le premier correspond simplement au boitier qui vient se brancher sur la prise murale alors que le deuxième possède ce boitier mais avec un autre boitier permettant de gérer la détection des mouvements !

Voici à quoi ressemble le packaging, on retrouve à l’intérieur le WeMo Switch ainsi que le capteur de mouvement. Première impression : les prises sont vraiment imposantes ! Il y a un peu de complexité dedans avec un mécanisme permettant de les relier au Wi-Fi, certes, mais c’est un point faible. Ca ressemble à peu près à une prise CPL en gros !

Passé cette première impression, les prises sont de bonne qualité. Elles ne font pas du tout « cheap ». C’est un bon point, surtout dans une installation électrique, histoire que tout ne prenne pas feu ! Après avoir trouver un endroit pour les brancher, il faut maintenant les paramétrer pour que le tout fonctionne, passons donc à l’installation.

Installation

Je suis généralement à l’aise avec l’installation de matériel de ce genre, après une petite prise en main, c’est fait en 10 minutes quoi. Et bah pas cette fois…

Pourtant plutôt bien expliqué au travers de l’application WeMo (au look iOS 7), on nous montre qu’il faut se connecter au Wi-Fi émis par les boitiers et ensuite retourner dans l’application WeMo. Facile non ? Dans la réalité, j’ai trouvé que le processus d’installation était complexe et un peu « aléatoire » ! J’ai mis du temps avant de voir le Wi-Fi des boitiers puis réussir à les associer.

Si vous avez réussi, c’est la que l’on va commencer à s’amuser un peu en utilisant et en organisant notre environnement connecté !

Utilisation

Ca y est, tout est en place ! Nous allons maintenant réfléchir aux usages et aux possibilités offertes grâce à ces boitiers. Le boitier Switch permet d’allumer/couper l’alimentation électrique de l’appareil qui est branché dessus (exemple une lampe), le capteur motion permet de détecter un signal (déplacement humain).

Ils vont fonctionner ensemble pour créer des combinaisons. Exemple : si le capteur détecte un mouvement alors allumer une lampe. Tout se paramètre ensuite au travers de l’application WeMo.

Vous avez sur l’écran de gauche vos différents appareils, sur celui du milieu les règles (exemple allumage des lampes) et sur l’écran de droite nous avons les réglages. Par défaut, quelques scénarios sont disponibles mais on se retrouve vite limité. En revanche, grâce à l’intégration de IFTTT, ça devient vraiment génial !

Il vous suffit de connecter votre appareil WeMo Switch grâce au code pin sur IFTTT et le tour est joué. Renouvelez l’opération également pour le capteur de mouvements.

Libre à vous ensuite d’imaginer les multiples combinaisons avec Facebook, Twitter, Google Drive, Evernote etc. Exemple : effectuer un check-in sur foursquare lorsque vous arrivez chez vous (détecté grâce au capteur de mouvement) ou allumer votre lampe de chevet tout les matins à 7 heures (grâce au WeMo Switch).

C’est vraiment grâce à IFTTT que le WeMo Switch trouve son intérêt, sans cela… on en fait vite le tour !

Conclusion

Bien qu’intéressant sur le papier, le WeMo Switch + Motion reste selon moi un gadget ! Il faut encore développer l’idée pour arriver à quelque chose d’abouti. Exemple, ça serait sympa d’avoir le même modèle mais en version multiprises. On pourrait alors contrôler quel périphérique est allumé ou non. Actuellement, nous sommes limités à un seul appareil.

Disponible sur Amazon à partir de 47 euros pour le WeMo Switch et 86 euros pour le WeMo Switch + Motion.

Commentaires

Made with by Antoine Guilbert