Test du Nouveau Coyote

Publié le 27 juin 2013 Temps de lecture : 6 min.

Hop, me revoilà enfin sur le blog. J’ai pris pas mal de retard dans mes articles à cause de mes cours ces derniers temps, on va donc remédier à ça. Aujourd’hui, je vous propose le test du Nouveau Coyote, le dernier avertisseur de radars de la marque.

Comme d’habitude, un petit déballage puis mes impressions étant donné que je roule depuis près de deux mois avec !

Déballage

Regardons d’un peu plus près ce que contient la boite. On y trouve bien sur le nouveau Coyote ainsi qu’un chargeur allume-cigare. Un petit socle est présent pour fixer le coyote dessus. Très pratique car on peut facilement enlever le Coyote pour le mettre dans la boite à gants. C’est moins contraignant qu’une ventouse pour fixer son téléphone portable et ça reste très discret.

Le packaging est simple et plutôt joli, c’est un détail mais toujours agréable.

Boîtier

Maintenant, passons à mes impressions générales sur le boîtier. La construction donne une impression de solidité, il ne chauffe pas, même en plein soleil. J’ai quand même relevé quelques petits défauts qui seraient à améliorer dans une future version.

Tout d’abord le bouton supérieur qui permet d’allumer le Coyote n’est pas du tout accessible. Heureusement que le Coyote s’allume et s’éteint avec la voiture car ça serait une corvée sinon. Ensuite, le haut parleur arrière à tendance à saturer légèrement quand il y a une alerte, même en baissant le son, c’est un peu désagréable.

Enfin, le gros défaut de ce Coyote est son écran tactile. Je suis habitué à celui de l’iPhone et c’est le jour et la nuit. Reste à savoir si c’est l’écran de l’iPhone qui est bien ou celui du Coyote qui est moins bon, mais ça reste pour moi la chose à améliorer.

Je précise quand même que l’on utilise très peu l’écran au final. La première fois pour configurer les différentes alertes puis pour signaler les dangers. Mais dès qu’il s’agit de confirmer, on peut le faire vocalement et ça marche bien !

Malgré ses petits défaut de jeunesse reste tout de même largement supérieur à ses concurrents Wikango et autre Inforad qui ont une construction plus « cheap ».

Interface

L’interface du Coyote est intuitive et reprend le même design que celle sur iOS et Android. On trouve rapidement ce qu’on l’on veut sauf le volume qui est caché ! On ne le règle pas dans les réglages mais via un appui long sur l’écran d’accueil, à savoir donc.

Rapidement, voici les réglages.

On a la possibilité de choisir aussi entre deux thèmes : cadran et classic. Chacun à son utilisation, le classic est pratique pour une conduite urbaine (ville et périphérique), le thème cadran est adaptée à la conduite sur autoroute plutôt.Vous avez le choix entre deux profils aussi  : essentiel et expert. En fonction de votre choix, vous aurez plus ou moins d’informations à l’écran.

Vous pouvez personnaliser comme vous voulez chaque type d’alertes : danger, risque et zones à risque fréquent. J’ai désactivé par exemple les zones à risque fréquent pour éviter que le Coyote bip tout le temps. Idem pour le bip de survitesse désactivé sur les danger ce qui équivaut aux radars fixe. J’ai gardé le maximum d’options pour les risques, équivalent des radars mobiles.

Enfin, on a le choix de compter les éclaireurs que dans un sens ou non, régler la luminosité automatique en fonction de l’heure, allumer le Coyote automatiquement avec la voiture et activer le bluetooth avec le téléphone.

Je n’ai pas utilisé la fonction bluetooth qui permet de brancher des écouteurs sans fil. Cela doit être utile en moto par exemple.

Comparaison avec la version iOS

J’ai roulé pendant un petit mois avec le Coyote seul puis avec le Coyote et mon iPhone branché sur l’application iCoyote pour comparer les deux versions en live !

Il n’y a presque aucune différence. Les alertes arrivent au même moment sur les deux appareils avec les mêmes informations.

On regrettera juste l’absence du mode bouchon ainsi que la vitesse de la route sur laquelle on circule sur la version iOS. Peut être que cela arrivera sur une future version.

Si vous souhaitez plus d’informations sur l’application iOS, retrouvez le test de Mathieu.

Communauté

On arrive à la partie la plus importante, la communauté. C’est bien beau d’avoir un avertisseur de radars mais si la communauté derrière est quasi nulle ou inexistante comme sur Inforad par exemple. C’est inutile !

Coyote possède un avantage considérable. Elle a récemment dépassée les 2 millions d’abonnés, c’est énorme sur environ 38 millions de conducteurs en France.

Pendant mes deux mois de test, il n’y a pas une seule fois où je suis passé sur une zone à risque ou un danger non signalé. C’est extrêmement rassurant pour conduire ! A chaque fois, c’est entre 30 et 100 confirmations.. que dire de plus !

Récemment dans les bouchons sur la rocade de Rennes, nous avons vu avec Mathieu pas moins de 4 coyotes en même pas 1 kilomètre. Bon, je pense que vous avez compris ?

Conclusion

Pour terminer ce test, c’est un très bon boîtier. Il surpasse largement ses concurrents ! Maintenant, le nouveau Coyote se destine plus à des personnes qui roulent beaucoup et qui vont laisser le Coyote en permanence dans la voiture.

Actuellement, le Nouveau Coyote est en promotion à moins de 300 euros avec un abonnement de 12 mois. Profitez en ! Vous pouvez toujours l’acheter seul pour 199 euros chez Amazon.

Je me ferais un plaisir de répondre à vos questions et à bientôt sur les routes.

Commentaires

Made with by Antoine Guilbert